Visite des CE2 au Musée d’Histoire de Marseille

Visite des CE2 au Musée d’Histoire de Marseille
· École

Le vendredi 24 avril, nous sommes allés visiter une partie du Musée d’Histoire de Marseille. Il s’agit de la partie qui concerne l’Antiquité.

D’abord, nous avons découvert le jardin des vestiges et nous avons appris qu’il y a 2 600 ans, la mer venait plus loin et nous avons vu l’ancien port qui est maintenant une pelouse. Il y avait aussi des restes d’une tour, d’une porte en pierres, un bassin qui contenait l’eau douce et un peu à l’écart : la nécropole (lieu où l’on enterrait les morts hors de la ville).

Ensuite, nous sommes entrés dans le musée et nous nous sommes répartis en 3 groupes.

Il y avait une maquette de la ville de Massalia (nom de Marseille à l’époque gauloise) ou Massilia (nom donné ensuite par les grecs) qui reconstituait la ville et le port de l’époque. On voyait trois temples sur des collines : l’un dédié à la déesse Athéna, un autre dédié à Apollon et un dernier dédié à Artémis. On voyait aussi un théâtre, la muraille qui entourait et protégeait la ville.

Un groupe a observé des outils, des bijoux, des amphores (grand vase qui contenait de l’huile d’olive ou du vin), des colonnes décorées de statues qui étaient placées devant des monuments religieux.

Nous avons observé des restes de la coque de très vieux bateaux qui ont été retrouvées enfouis dans la vase sous terre. La coque était en chêne enduite de résine de pin pour boucher les trous et la rendre étanche.

L’un des bateaux mesurait 15mètres et pouvait transporter jusqu’à 12 tonnes de marchandises. La guide nous a expliqué que l’on avait retrouvé les restes empilés de 9 bateaux.

Pour terminer la visite, nous avons vu des squelettes conservés dans des tombeaux. L’un des squelettes avaient une pièce de monnaie entre les dents. La guide nous a expliqué que lorsque quelqu’un mourait, on lui plaçait une pièce entre les dents afin qu’il puisse payer pour passer dans le royaume des morts.

Nous avons beaucoup aimé cette visite commentée par Caroline, Laure et Mme Tertrais.

Un grand merci à elles !